Partagez | 
 

 fiche Hec'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 29/11/2015

MessageSujet: fiche Hec'   16.04.18 11:44

J'ai vu le jour dans l'ouest de l'Angleterre, d'un père aux origines espagnoles et d'une mère anglaise aux origines irlandaises. A 13 ans, j'ai fui de la ferme dans laquelle j'avais grandit. J'en avait marre de la pauvreté. J'avais vite trouvé une place sur un navire marchand, y voyant là un bon moyen de faire fortune. Du moins était-ce le cas jusqu'à ce que je réalise qu'on pouvait gagner plus facilement de l'argent en enfreignant la loi. En devenant un pirate. J'en devins donc un et même, assez rapidement. Mais n'être qu'un simple pirate ne m'a pas suffit. Je voulus devenir capitaine et j'y parvins. J'étais devenu capitaine d'une goélette, le Cobra. Lors d'une escale dans un port des Caraïbes, mon équipage et moi-même étions descendus dans une taverne pour boire et profiter d'une agréable compagnie. Elle était jeune, belle et s'appelait Margaret Smyth. Elle avait à peine 16 ans et c'était sa première fois. J'ai vite compris qu'elle détestait la vie qu'elle avait, qu'elle était devenue une prostituée parce qu'elle n'avait pas eu d'autre choix. Je devins un client régulier et le seul à lui montrer un tant soit peu de respect. Dès lors, un lien particulier se tissa entre nous. Chaque fois que je venais dans le bordel où Margaret travaillait et qu'elle était avec un client, je le dégageais de sa chambre sans le laisser partir vivant... J'étais devenu possessif et acceptais de moins en moins qu'il puisse y avoir un autre que moi dans son lit. Je lui avais donc suggéré de devenir la tenancière de la maison close. Ainsi, elle n'aurait plus à coucher avec qui que ce soit, à moins qu'elle ne le veuille. Et je n'aurais plus à la partager. Bien que Margaret appréciait cette idée, il y avait quant même un problème. L'argent. Elle n'en avait pas assez. Ce soucis fut pourtant vite réglé grâce à l'argent récupéré sur les cadavres de ses clients que je tuais. Devenue tenancière, je n'étais plus son client mais son amant et elle, ma maitresse. Une relation gardée secrète parce qu'elle ne regardait personne d'autant plus que je n'étais pas du genre à m'épancher sur ma vie. En parallèle, j’étais toujours capitaine du Cobra, mais ça ne dura pas. On était au nord des Bermudes et mes cales étaient pleines d'ivoires lorsque mon navire se fit attaquer par un pirate russe. Boris Palachnik. Un ami. Un traitre également car selon le Code des pirates, on ne doit pas s'attaquer entre Frères. Il coula le Cobra et j'avais d'ailleurs failli me noyer. Me croyant mort, Palachnik eut la surprise de découvrir que ce n'était pas le cas lors d'une réunion du Tribunal de la Confrérie au cours de laquelle je fis la connaissance de Jack Sparrow. Condamné à mort par le Tribunal, Palachnik me transmit son navire ainsi que sa pièce de huit faite avec un morceau de bois du navire en question. A ce moment-là, j'ignorais ce que cela signifiait. Il s'avéra qu'il avait fait de moi le Seigneur Pirate de la mer Caspienne. Quant au navire de Palachnik, je n'eus pas vraiment l'occasion d'en profiter car les hommes du russe s'enfuirent à son bord la nuit de son exécution.

Désormais sans navire, je devins second à bord du Black Pearl dont le capitaine était Jack Sparrow. Peu après, on alla au bordel tenu par Margaret. Sparrow nous vit enlacés dans un couloir. D'après lui, le seul défaut de Margaret, c'était moi. Il n'a jamais sût ce qu'il y avait vraiment entre elle et moi. On avait ensuite repris la mer, faisant voile vers l'île de la Muerta. Trois jours après le départ, j'ai obtenu les coordonnées de l'île et du trésor aztèque qui y était caché. A la nuit tombée et grâce à une mutinerie dont je fus l'instigateur, Jack fut abandonné sur une petite île en plein océan avec pour seule arme, un pistolet et une balle. Parmi les hommes d'équipage, il y en eu un, Bill Turner dit Le Bottier, qui éprouva des remords. Je l'ai envoyé par le fond en l'attachant à un canon. Maintenant Capitaine du Pearl, on a mis le cap sur l'île et une fois le trésor entre nos mains, on a tout dépensé sans se soucis de la malédiction aztèque. On découvrit à nos dépends qu'elle était vraie. Pour ma part, ce fut dans les bras de Margaret que j'ai réalisé qu'elle était réelle. Mon désir n'était plus satisfait alors que ça avait toujours été le cas. Je ne parvenais plus à apprécier la chaleur de sa peau. Ma faim n'était plus calmée. Ma soif non plus. Je ne sentais plus les embruns sur mon visage. L'éclat de la lune nous faisait paraitre tels que nous étions, des squelettes décharnés. Nous n'étions pas vivants mais pas morts pour autant et nous ne pouvions pas mourir. Un détail non négligeable pour ce qui suivit. A force d'entendre mes histoires de pirates, Margaret désira en devenir une pirate. Elle me demanda donc de lui apprendre à se battre. Nul n'était plus à même que moi la former. En plus d'apprendre vite, Margaret se révéla douée pour le maniement des armes. Personne n'était au courant, évidemment. Tout ça avait lieu en secret. A force d'entrainement, elle en était presque arrivée à m'égaler. J'en étais même venu à envisager de la prendre dans mon équipage. Je n'eus toutefois pas l'occasion de le lui proposer... Durant dix ans, le Pearl a attaqué tous les ports où on a dépensé l'or afin de récupérer chaque pièce. Et une nuit, on attaqua Port Royal. Deux de mes hommes mirent la main sur la dernière pièce - montée en médaillon - dans la maison du gouverneur. La demoiselle en possession du médaillon demanda à pourparler et s'avéra être l'enfant du Bottier. On a quitté Port Royal mais puisqu'elle avait oublié certaines choses dans ses pourparlers, Miss Turner resta à bord du Pearl afin que son sang serve à lever cette malédiction. Mais une fois sur l'île de la Muerta, rien ne se passa comme prévu. Elle ne s'appelait pas Turner mais Swan, mon équipage chercha à se mutiner contre moi et j'avais désormais Jack Sparrow dans les pattes en plus d'un autre gringalet qui était l'enfant que je cherchais depuis dix ans. J'ai affronté Jack. Ce dernier me tira dessus avec le pistolet que je lui avais laissé il y a dix ans alors que le jeune Turner leva la malédiction. Avant de mourir, j'ai constaté que j'avais froid, si froid...

Trois ans plus tard, j'ai été ressuscité par la déesse Calypso emprisonnée dans une apparence humaine. Le pacte était simple : la libérer de sa prison charnelle. Dans le cas contraire, je retournerais dans le monde des morts. Pour y parvenir, je devais réunir le Tribunal de la Confrérie composé de 9 Seigneurs Pirates J'étais l'un d'entre eux. Jack aussi. L'ennui, c'était qu'il avait eu l'idée brillante de mourir sans avoir donné sa pièce de huit à un successeur. Il fallait donc aller le chercher - ainsi que mon navire - dans l'antre de Davy Jones. Pour se faire, j'ai du me rendre avec Elizabeth Swan et William Turner à Singapour pour obtenir des cartes nautiques ainsi qu'une jonque et un équipage. Après une petite bataille contre les soldats de la Compagnie des Indes, on a mis le cap sur les eaux du bout du monde pour atteindre l'antre et en revenir ensuite avec Jack et le Pearl. Après quelques péripéties et plusieurs de voyage, le Pearl arriva à la Baie des Naufragés. Mon intention de libérer Calypso de sa prison humaine provoqua la colère des autres Seigneurs pirates tandis que Jack réclama un vote pour élire un roi des pirates afin de déclarer la guerre à la Compagnie des Indes. Elizabeth Swann fut élue tandis que je subtilisais les pièces de huit. Calypso fut libérée et déchaina sa colère sur nous en créant un maelstrom. J'ai pris la barre du Pearl pour nous mener droit vers la tempête et affronter le Hollandais Volant. Barbossa, mariez-nous ! Comme si c'était le moment ! Les boulets de canons fusaient de partout, on se battait contre les hommes-poissons et Swann voulait que je la marie à Turner. Bien sûr, c'était vraiment le bon moment pour ça ! Barbossa, vite ! Et Turner qui s'impatientait... Tout en combattant, je les ai donc mariés en vitesse. Au cours de la bataille, Davy Jones fut tué et Turner pris sa place, ce qui nous permis de battre la Compagnie des Indes. Après cela, j'ai de nouveau abandonné Jack et est mis les voiles avec le Pearl pour trouver la fontaine de Jouvence. Du moins, c'était mon intention mais n'ayant plus les cartes y conduisant... A la place, j'avais mis les voiles vers le bordel tenu par Margaret. Une occasion pour mes hommes de fêter la victoire sur Beckett et Jones et moi, de la retrouver, elle. Parce que je n'avais pas donné de signe de vie au cours des 3 dernières, j'eus droit à une belle baffe. Une réaction que je pouvais comprendre. Margaret regretta son geste lorsque je lui expliqua les raisons de ce silence et développa une forte rancune envers Sparrow pour m'avoir tué. Cette nuit-là, aucun de nous deux ne dormit. D'une part parce que je n'étais plus maudit et d'autre part parce que Margaret ne m'avait pas remplacé. Et quelques semaines plus tard, elle m'annonça quelque chose d'important. C'était même étonnant que ce ne soit pas arrivé avant étant donné qu'on était amants depuis de nombreuses années. La nuit de retrouvailles avait eu des conséquences. Elle était enceinte. J'allais être père ! Je devais bien reconnaitre que ça m'avait fait un choc parce que l'idée d'être père ne m'avait jamais effleuré. S'il n'avait pas s'agit de Margaret, je n'en aurais rien eu à faire. Mais là, avoir un enfant d'elle, c'était... Du bonheur, rien d'autre même si je n'étais pas certain d'être un bon père. Étant donné qu'elle était enceinte, j'avais préféré mettre de côté mon désir de la prendre dans mon équipage. Trop dangereux pour elle et notre enfant à naître. Dans quelques années, par contre, ça serait chose possible. J'avais ensuite repris la mer. On aborda un navire italien à bord duquel, je trouva le journal de Galilée. Un ouvrage d'astronomie rempli de gribouillis avec un rubis sur la couverture. Les mois passèrent et je parvins à être présent lors de l'accouchement. Une fille. On avait eu une fille. Elle avait mes yeux. La sage-femme me la mise dans les bras pour pouvoir s'occuper de Margaret. L'accouchement avait été difficile. Elle avait perdu beaucoup de sang. Elle mourut sans même avoir tenu notre fille dans ses bras, sans qu'on lui ai donné de prénom, me laissant seul avec notre enfant. J'étais persuadé que notre fille serait mieux sans moi. En pleine nuit, alors que le vent soufflait, je l'avais laissée sur les marches d'un orphelinat. Puisse les étoiles te guider. Mieux que je ne pourrais le faire. Prends soin de toi. Et rappelle-toi que tu portes le nom de l'étoile qui te ramènera toujours à la maison. Carina. La plus brillante étoile du nord. Je l'avais laissé avec le journal de Galilée en espérant que le rubis l'aiderait à avoir une vie confortable et une note précisant comment elle s'appelait. Carina Smyth. Personne ne devait savoir qu'elle était ma fille - raison pour laquelle je m'étais débarrassé de la sage-femme - sinon, elle aurait été en danger alors que je la voulais en sécurité. Après ça, je m'étais fait tatoué l'avant-bas droit - la constellation qui était sur la couverture du journal - j'avais repris la mer, convaincu de ne jamais revoir Carina. Ma fille. Mon trésor.

La fontaine, j'ai pourtant fini par y renoncer. J'avais désormais un autre objectif : me venger de Barbe-Noire. Alors que le Pearl était près d'Hispaniola, près de 15 ans après la guerre contre la Compagnie des Indes, on s'est fait attaqué sans coup de semonce ni pourparler par le Queen Anne's Revenge. Tout le bateau s'est mis à trembler. Les cordages ont attrapé l'équipage, moi également. Je me suis coupé la jambe droite pour me libérer et j'ai perdu le Pearl. Dès lors, j'ai commencé à porter une jambe de bois. Prêt à attendre le temps qu'il faudrait pour obtenir ma vengeance, je suis devenu corsaire au sein de la Marine Royale Anglaise. Chargé par le roi de trouver la fontaine avant les espagnols, j'ai rendu visite à Gibbs qui était emprisonné à la Tour de Londres. Soit il me donnait ce que je voulais soit il était pendu. Détenteur de la carte menant à la fontaine - chose que, d'après mes recherches, Barbe-Noire voulait -, il la brûla, m'obligeant à l'emmener avec moi à bord du HMS Providence. Une fois l'océan Atlantique traversé, on a mis le cap vers Whitecap Bay, le royaume des sirènes. Une fois sur place, j'ai laissé les sirènes faire chavirer le navire et se repaitre des hommes restés à bord. On a traversé la jungle. Me doutant que Barbe-Noire était dans les parages - et que l'heure de ma vengeance était proche - j'ai capturé une grenouille afin de m'assurer une supériorité vénéneuse. Des calices étant nécessaire pour la fontaine, j'ai atteint le Santiago, le navire de Ponce de Leon. J'y ai trouvé ce cher Jack Sparrow mais pas les calices. Les espagnols nous avaient devancés. On s'est alliés pour les récupérer dans leur camp d'où on s'est échappé après avoir été capturés. Une fois à la fontaine, j'ai défié Barbe-Noire. Malgré l'intervention des espagnols, j'ai obtenu ma vengeance. Il m'aura fallut 4 ans. Je revendique le navire de Barbe-Noire, son équipage et ce sabre en paiement pour avoir perdu une jambe ! Le Revenge désormais mien, j'ai déchiré ma Lettre de Marque pour redevenir ce que j'avais toujours été. Un pirate.

Un an s'écoula. Devenu Commodore Pirate, très riche mais également puissant, je possédais une flotte de navires assez importante. Le Revenge, mon vaisseau amiral, avait désormais des voiles rouges, des boiseries flambant neuves avec feuilles d'or... J'eus le malheur de croiser la route du capitaine Salazar, El Matador del Mar, qui venait de couler trois de mes navires. En échange de la vie sauve, je lui ai proposé mon aide pour traquer Jack. Il a accepta le marché et nous obligea, le reste de mes hommes qu'il n'avait pas fait tuer et moi-même, à monter à bord de son navire. J'ai trouvé Sparrow. Accompagné d'un jeune homme et d'une jeune fille, il cherchait le Trident de Poséidon. J'ai décidé de les aider à le trouver. J'ai libéré le Black Pearl de sa bouteille, ai retrouvé Jack - mon singe - et est pris le commandement du Pearl. Le jeune homme, j'ignorais qui il était et je m'en fichais. Quant à la jeune fille... Elle était en possession d'un objet que j'avais dérobé il y avait des années sur un navire italien. Le journal de Galilée. Un rubis était sur sa couverture. Elle disait le tenir de son père, un homme de science qui l'avait nommé d'après la plus brillante étoile du nord. Carina. J'ai eu un choc mais n'ai rien dit devant elle. Ma fille était là, sur le Pearl. Mon trésor le plus précieux. Mais je n'ai rien dit pour autant. Jamais elle ne pourrait croire qu'un homme comme moi puisse être son père. Grâce à elle, on a trouvé l'îlot qui permettait d'accéder au Trident. Malheureusement, Salazar nous menaça de nouveau. Le Trident étant au fond de l'océan, le rubis sur la couverture du journal nous permit d'y avoir accès en écartant la mer. A cause de ma jambe de bois, je n'ai pu suivre Carina et Jack. Malgré l'intervention de Salazar, le Trident fut brisé, mettant ainsi fin à toutes les malédictions. Constatant que la séparation de la mer s'annulait, j'ai fait abaissé l'ancre du Pearl et j'ai descendu debout dessus pour qu'ils remontent à bord du navire. A un moment, Carina glissa. Je l'ai rattrapé et elle comprit qui j'étais, grâce à un tatouage sur mon avant-bras. Que suis-je à vos yeux ? Un trésor. J'ai alors remarqué que l'espagnol avait réussi à monter sur l'ancre. Carina étant en danger, j'ai sacrifié ma vie pour sauver la sienne en tuant Salazar...

J'étais mort une deuxième fois et pourtant, j'étais à nouveau en vie mais dans un nouveau monde. Ou plutôt une nouvelle époque. J'avais le Revenge, mes navires - y comprit ceux que l'espagnol avait coulés -, mes hommes - y compris ceux qui s'étaient faits tuer. Mon singe n'est toutefois pas avec moi, sans doute resté sur le Pearl après ma mort. Il me manquait autre chose. Mon trésor. Ma fille. Convaincu qu'elle se trouve elle aussi dans ce nouveau monde, j'entends la retrouver. Tôt ou tard, d'une façon ou d'une autre, je la retrouverais. Et quiconque osera lui fait le moindre mal connaîtra l'enfer. Même si elle ne veux pas de moi pour père, je la protégerais. Quand à cette nouvelle époque très différente de la mienne, j'aurais dû prendre toute cette technologie pour de la sorcellerie. A la place, c'était comme si j'avais toujours vécu avec. Ça ne voulait pas pour autant dire que j'allais changer radicalement mon mode de vie ! A la rigueur un révolver en plus de mon pistolet habituel qui risquait d'être utile. A cela, j'ajoutais quelque chose qui me préoccupait. Si les morts avaient ressuscité, je craignais d'avoir à affronter à nouveau d'anciens ennemis que je n'étais guère pressé de revoir...

_________________
à venir


Dernière édition par Admin le 17.04.18 18:40, édité 21 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://hells-gates.bbfr.net
 
fiche Hec'
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hell's Gates :: Votre 1ère catégorie :: Annexes :: postes vacants-
Sauter vers: